Saison 2019/2020 : déjà 15 incidents de chasse à courre !

Comme toutes les précédents, cette saison de chasse à courre a été émaillée d’incidents graves : intrusions dans des jardins, des centre-villes et des zones interdites, accidents de voiture, animaux domestiques tués, arrêtés municipaux violés… L’année dernière nous avions été en mesure de recenser pas moins de 20 incidents partout en France, et cette année n’est pas en reste avec déjà 15 événements marquants.
Ce travail de recensement est le fruit de la mobilisation populaire que nous avons enclenché et, sans la participation de chacun, la plupart de ces faits seraient passés sous silence. Bravo à tous ceux qui nous ont contacté pour nous faire part de leur expérience : ensemble nous faisons enfin la lumière sur la situation intenable que vit la population des campagnes et des lisières de forêts françaises !
Voici un bilan temporaire, peu après la mi-saison :


19 octobre : L’équipage de Villers-Cotterêts tue un cerf dans la zone industrielle des Verriers (02).

 

2 novembre : Pendant une chasse à courre de l’équipage « Vénerie du Berry » en forêt de Loches (37), le cerf pourchassé déboule sur la D764 et heurte une voiture transportant une famille.
Le choc est si violent que le véhicule finit sur le toit, dans un fossé. À l’intérieur, la mère de famille fait un arrêt cardiaque (à ce jour, elle est toujours dans le coma), tandis que son mari et son enfant de deux ans s’en sortent miraculeusement avec des blessure superficielles. Le cerf, lui, a été éjecté à 50 mètres de là et est mort sur le coup.
Le capitaine de Gendarmerie Gaudrel déclarera à la presse que cet accident souligne « la dangerosité de la forêt quand les animaux sont chassés ».
Source : La Nouvelle République

 

3 novembre : À la poursuite d’un cerf, la meute du Rallye Trois Forêts pénètre dans un domaine privé habité, au sud de Pontpoint (60). L’animal endommage les grillages de la propriété dans sa fuite avant de mourir en frappant un arbre de plein fouet.

 

16 novembre : (VIDÉO) Hors de contrôle, une partie de la meute du Rallye Trois Forêts poursuit un cerf blessé jusque dans le lotissement de la Source aux Moines à Pont-Sainte-Maxence (60). Attirés par les râles de douleur du cerf et les cris de la meute, des riverains sortent de chez eux et s’interposent.
Cet incident intervient alors que l’équipage est déjà poursuivi par la commune pour des faits similaires survenus en 2018.
Source : le Parisien

 

23 novembre : Tout près de Pierrefonds (60), sur la départementale, une voiture heurte un cerf fuyant l’équipage La Futaie des Amis. Quelques minutes plus tôt, la meute avait traversé un terrain privé pourtant protégé par un arrêté municipal.
Source : Oise Hebdo

 

19 novembre : Alors que des enfants de 3 ans découvrent la nature lors d’une sortie scolaire près de Saint-Sauveur (60), un chevreuil poursuivi par le Rallye Pic’Harloup traverse à quelques mètres du groupe. Les enfants, inquiets, se retrouvent frôlés par les chiens hurlants. L’enseignante avait pourtant pris les précautions nécessaires pour s’assurer qu’aucune chasse à tir n’avait lieu ce jour-là, mais c’était sans compter le manque de transparence des veneurs quant à leur calendrier et zones de chasse.

Source : Courrier Picard

 

26 novembre : Pendant une course d’orientation d’une classe de 1ère du lycée Jean Rostand à Chantilly (60), organisée dans les parcelles de forêt voisines, un cerf coupe la route d’une élève : le groupe se retrouve en pleine chasse à courre du Rallye Trois Forêts.

 

9 décembre : (VIDÉO) Pendant une chasse au chevreuil du Rallye Pic’Harloup, un veneur perd le contrôle de son cheval. Affolé, il s’emballe sans cavalier sur la départementale près de Pierrefonds (60).

 

14 décembre : (VIDÉO) Un jeune cerf épuisé et blessé, traqué par le Rallye Bonnelles, se réfugie dans le jardin d’une propriété privée en lisière de la forêt de Rambouillet (78).

 

17 décembre : L’équipage Bernel traque un sanglier jusqu’à l’école maternelle de Liniers (86), à plus d’1,5 km de la forêt de Moulière. Les enseignants confinent les enfants à l’intérieur de l’école pendant que l’animal trouve refuge dans un jardin privé, dans lequel les chasseurs pénètrent avec leurs chiens malgré l’opposition des propriétaires, du maire et de la gendarmerie. L’équipage emporte ensuite l’animal qu’ils tueront et découperont en forêt. Le maire portera plainte contre les chasseurs pour mise en danger d’autrui.

Source : La Nouvelle République

 

26 décembre : (VIDÉO) Le cerf chassé par La Futaie des Amis se cache dans un étang privé à Verberie (60). Le maire, informé par les habitants, se rend immédiatement sur place accompagné de la gendarmerie pour faire valoir son arrêté municipal et faire appliquer la loi : sans l’accord du propriétaire, l’acte de chasse sur le terrain d’autrui est illégal. Alors que le Maître d’équipage assure au maire et aux forces de l’ordre qu’il met fin à la chasse, son valet s’empresse de tirer discrètement l’animal au fusil, mettant tout le monde devant le fait accompli. Le Maire déclarera à la presse que « tout cela n’est pas acceptable et relève d’un comportement féodal qui n’a plus lieu d’être ».

Source : Courrier Picard, Oise Hebdo

 

31 décembre : (VIDÉO) À Prémontré (02), le jour du réveillon, un couple de retraités voit un cerf affolé se réfugier sous leurs fenêtres, suivi par une meute de chiens. La gendarmerie doit rappeler les chasseurs à courre du Rallye Nomade pour qu’ils daignent revenir sur les lieux et récupérer leurs chiens.

Source : L’Union

 

31 décembre : Des veneurs de l’équipage de Villers-Cotterêts traversent les voies ferrées de la ligne Paris-Laon à proximité de Fleury (02) avant de refermer le portail qui en empêchait l’accès.

 

4 janvier : (VIDÉO) Un cerf se réfugie dans un jardin privé de Quincy-Basse (02). Les propriétaires s’empressent de fermer leur portail pour empêcher l’intrusion des chasseurs à courre du Rallye Nomade, mais l’animal termine sa course dans l’étang privé voisin.

Source : L’Union

 

4 janvier : Un chien du Rallye Bonnelles est percuté par un automobiliste sur la départementale près de Condé-sur-Vesgres (78).

 

Procès ONF vs AVA : victoire pour les opposants à la chasse à courre !

C’est un chapitre judiciaire important qui vient de se conclure aujourd’hui pour notre mouvement d’opposition à la chasse à courre, et ce de la meilleure des manières. 📜

En juillet 2018, l’ONF assignait en Justice trois membres d’AVA, leur réclamant 55 000 € afin d’indemniser les chasseurs à courre s’estimant lésés dans leur droit de chasse. Après une procédure d’un an et demi, le Tribunal de Grande Instance de Compiègne a enfin tranché : l’Office National des Forêts est débouté de toutes ses demandes ! 👩‍⚖

Honte à l’ONF qui s’est fait le jouet des chasseurs à courre, en vain. En plus d’avoir vu ses accusations rejetées, c’est finalement l’office public qui devra indemniser ses boucs émissaires : 1.500 € de compensation sont attribués aux trois membres d’AVA et les frais de justice sont entièrement aux frais de l’Office.

Merci à notre avocat Me Jean-Robert N’Guyen Phung, à tous nos soutiens et parmi eux Rémi Gaillard dont l’aide a été décisive dans cette affaire !

Merci également à tous ceux qui ont participé à notre cagnotte mise en place l’année dernière pour nous permettre d’assumer les éventuels frais de justice ! Ces dons restent intacts et seront utilisés pour faire face au déferlement judiciaire lancé à notre encontre. Le soutien populaire indéfectible dont nous profitons est le meilleur des remparts face aux procédures abusives des veneurs et de leur petit monde. 🏰💰

Forts de cette excellente nouvelle qui nous conforte dans notre action, nous réaffirmons cet appel : partout organisons-nous contre la barbarie, pour la paix et la civilisation ! 💚🌍
AVA se veut à l’avant-garde de ce combat dans les campagnes françaises : rejoignez-nous !

La vidéo à partager sur Facebook : https://www.facebook.com/avafranceofficiel/videos/1439178136236692/
Sur Youtube : https://youtu.be/NFCKvoKcj5Q
Sur Twitter : https://twitter.com/AvaFranceOff/status/1201947894191939584

Chasse à courre : vous témoignez !

Vous donner la parole est essentiel.

Écouter et publier vos histoires permet de faire comprendre à tous que chaque incident lié à la chasse à courre n’est pas un fait isolé, mais qu’il existe bien un problème global auquel il faut répondre.

Retrouvez tous vos témoignages ici ou en cliquant sur l’image.

POUR ENVOYER VOTRE TÉMOIGNAGE, écrivez-nous à ava@ava-france.org ou via notre page Facebook AVA France.

Drame en forêt de Retz

COMMUNIQUÉ

Le dramatique accident survenu le 16 novembre en forêt de Retz, nous oblige à la retenue dans l’attente des résultats de l’enquête.

En effet, Élisa, enceinte de six mois, a été retrouvée morte en forêt de Retz, a proximité de Saint-Pierre-Aigle dans le département de l’Aisne (02).

À ce jour, le Procureur de la République de Soissons a évoqué quelques résultats de l’autopsie. À savoir qu’Élisa est morte d’une hémorragie après des morsures de plusieurs chiens.

De son côté, Christophe son compagnon, indique avoir croisé un veneur à cheval ainsi qu’une trentaine de chiens alors qu’il était à la recherche d’Élisa.

Des analyses ADN sont en cours et nous demandons à ce qu’elles soient publiées le plus rapidement possible pour ne pas laisser persister le doute.

Nous sommes bouleversés, et nous adressons nos condoléances à la famille et aux proches d’Élisa.

Pour le moment nous restons donc dans l’attente et nous ne communiquerons que lorsque nous disposerons d’informations fiables. Nous espérons que la lumière sera faite le plus rapidement possible.

Pont-Sainte-Maxence (60) : les habitants secourent un cerf en ville !

Samedi 16 novembre, l’équipage de chasse à courre le Rallye Trois Forêts traquait un cerf jusque dans une rue de Pont-Sainte-Maxence dans l’Oise (60).

La meute aux trousses, celui-ci se retrouve coincé derrière une clôture, les chiens commençant à lui attaquer l’arrière train. Attirés par ses râles de douleur et les cris de la meute, des riverains sont alors sortis de chez eux et ont découvert cette horrible scène !

Désemparés mais déterminés à agir, certains sont parvenus à s’interposer comme ils le pouvaient devant la meute, laissant au cerf le temps de s’échapper malgré sa blessure et le peu de force qu’il lui restait.

Le maire s’est alors rendu sur place pour faire appliquer son arrêté municipal interdisant la vénerie sur le territoire de la commune, et obtenir la fin de la chasse par le Préfet. Les veneurs, qui avaient précautionneusement évité de se montrer jusque là pour ne pas aggraver la violation de l’arrêté, ont simplement envoyé deux valets pour ramasser les chiens, comme si de rien n’était… jusqu’au prochain incident !

Car les Maxipontains y sont habitués : la semaine précédente des chiens avaient été retrouvés dans le lotissement rue de la Chapelle Saint-Jean, au mois de mars un cerf avait été traqué jusque dans un jardin de la rue de la Vieille Montagne et l’année passée un autre cerf avait fini sa course en plein centre-ville !

Malgré l’arrêté ministériel pris en février dernier pour empêcher ces débordements, la chasse à courre continue de mettre en danger la population et cause constamment des troubles à l’ordre public, sans rien changer à ses habitudes.
Ce nouvel épisode en est une preuve supplémentaire : cette pratique est irréformable, la seule solution est son abolition pure et simple !

LA CHASSE À COURRE, UN PROBLÈME DE SÉCURITÉ

Suite à cet incident, le Parisien a livré un état des lieux alarmant quant à l’inefficacité des réformes et des arrêtés face aux dérapages incontrôlables de la chasse à courre. Car à ce sujet, les divers incidents de Pont-Sainte-Maxence et leur volet judiciaire font office de véritables cas d’école !

⚠️ LA CHASSE À COURRE, UN DANGER CONSTANT SUR LA ROUTE ! 🚗

Tous les ans, la chasse à courre est la cause d’accidents de la route impliquant des blessures parfois très graves. Ces accidents ne sont en rien exceptionnels mais parfaitement inhérents à ce type de chasse. En voici les raisons.

TOUTE UNE FORÊT DÉRANGÉE

La chasse à courre est une pratique qui cause la panique parmi les habitants de la forêt, directement chassés ou simplement dérangés et effrayés. Par le bruit bien sûr (on n’appelle pas cette chasse « à courre à cor et à cri » pour rien), par la présence de véhicules par dizaines (4×4, poids lourds, quads, vélos…) mais surtout par la présence active de la meute. Car même si la chasse à courre n’est censée traquer qu’un seul animal jusqu’à sa mort, c’est toute la forêt qui doit être remuée pour y parvenir.
En début de chasse, les chiens « lèvent » tous types d’animaux pour que les veneurs puissent les apercevoir et choisir leur proie du jour parmi eux.
Puis on pousse les chiens à « trier », c’est à dire à séparer l’animal chassé de ceux qui l’accompagnent, car la plupart du temps les « gibiers » fuient en groupe.
Enfin, tout le long de la chasse, les animaux terrifiés vont tenter de mélanger leur odeur à celles de leurs congénères en les croisant ou en se mêlant à eux pour créer des « changes », ce qui multiplie les animaux poursuivis.
C’est donc beaucoup plus qu’un animal qui se retrouve dérangé et donc plus susceptibles de s’exposer sur les routes dans sa fuite. Alors qu’on croise rarement des animaux sur les routes de jour, ceux-ci sont beaucoup moins discrets lorsqu’ils doivent courir pour leur vie !
La chasse à courre a une responsabilité légale sur « son » animal de chasse en cas d’accident, mais qu’en est il de tous les autres ?


DES CHIENS ERRANT EN PERMANENCE


Un « laisser courre » de grande vénerie implique de lâcher une soixantaine de chiens en forêt avec la voix et le fouet comme seul contrôle sur eux .
Dès le début de la chasse, ils se dispersent en courant après différents animaux, on dit qu’ils « s’égayent ». Ce n’est que lorsque les veneurs humains sont assez sûrs de leur choix de proie qu’ils vont commencer à « rameuter » ceux qu’ils retrouvent. Tout au long de la chasse, ce phénomène se reproduit, laissant des chiens très loin du cortège de veneurs. Pendant toute une journée de chasse à courre, on trouve donc des chiens perdus, errant le long des routes. Plus dangereux encore, ils sont habitués à ne pas craindre les voitures et cherchent même le contact avec celles-ci, espérant être récupérés par des valets.
Au delà du chaos que leur présence crée, il arrive tous les ans que des chiens de meute soient renversés sur des voies rapides.


AUCUNE OBLIGATION DE SIGNALISATION

Tous les six ans, chaque fédération de chasse départementale décide elle-même des règles de sécurité qu’elle s’appliquera. C’est déjà léger mais il y a pire : les veneurs en sont quasi-systématiquement exemptés ! C’est notamment le cas pour l’obligation de porter des chasubles fluo ou vêtements visibles de loin. On peut imaginer que la tradition et l’apparat des redingotes est jugé ici plus important que la sécurité de tous.
Les veneurs sont également exemptés de l’obligation de disposer des panneaux « chasse en cours » délimitant leur zone d’activité. Tout au plus, ils disposent de quelques gyrophares sur leurs 4×4 dits « de sécurité », mais dont les occupants sont le souvent occupés à observer la chasse ou à ramasser des chiens errants.


LA CHASSE A COURRE EN 8 ACCIDENTS


25 mars 2017 – Oise (60)

En forêt de Compiègne, un cerf pourchassé par l’équipage La Futaie des Amis a heurté un véhicule de plein fouet dans sa fuite. Les dégâts s’élevaient à 6500 € mais l’équipage a nié toute responsabilité malgré des témoignages.
Source : http://ava-picardie.org/2017/10/17/jamais-3-4/

3 janvier 2018 – Oise (60)

Poussé par les chiens de la Futaie des Amis, un cerf traverse la N31 et heurte une voiture.
Source : http://www.leparisien.fr/oise-60/compiegne-60200/rethondes-une-voiture-percutee-par-un-cerf-chasse-a-courre-03-01-2018-7481907.php
https://www.facebook.com/avafranceofficiel/videos/1636023826455473/

17 octobre 2018 – Seine-Maritime (76)

La voiture d’une jeune femme est percutée par un cerf sur la D915 entre les Grandes Venets et Torcy-le-Grand. Pourchassé par les chiens de l’équipage du « Rallye Roumare », il a traversé la route effrayé et n’a pu éviter le véhicule. Il sera achevé par les veneurs un peu plus loin et dépecé pour leur curée.
Source : https://www.facebook.com/laurent.lengaigne/posts/2172665276325212

7 novembre 2018 – Oise (60)
Un chien de chasse appartenant à l’équipage « La Futaie des Amis » est renversé par une voiture roulant à 80 km/h sur la N31. Il décède sur le coup.
Source : témoins directs

19 janvier 2019 – Oise (60)
L’équipage d’Alain Drach « La Futaie des Amis » cause un accident sur la N31 où le cerf qu’il pourchasse est heurté par une voiture. L’animal se traînera jusqu’aux étangs du Carandeau et sera fusillé dans l’eau quelques minutes après l’accident
Source : témoins directs
https://www.facebook.com/AVACompiegneLaigue/videos/2104456609619534/

12 février 2019 – Aisne (02)
L‘équipage du Baron Velge cause un accident impliquant plusieurs voitures sur la N2. Des animaux mis en fuite par les veneurs ayant traversé la route devant des véhicules.
Source : https://www.lunion.fr/id40172/article/2019-02-12/une-chasse-courre-provoqueun-accident-sur-la-rn2

6 mars 2019 – Oise (60)

Le cerf poursuivi par l’équipage Rivecourt traverse la N31 et percute un car transportant des passagers. Le conducteur est emmené aux urgences, la direction et le pare-brise du car sont détruites. L’équipage emportera le cadavre du cerf pour la curée pendant que des suiveurs restent sur place pour empêcher passants et journalistes de documenter la scène.
Source : http://www.oisehebdo.fr/2019/03/06/un-car-percute-un-cerf-pres-de-compiegne-le-conducteur-blesse

28 mars 2019 – Aisne (02)
Un motard tente d’éviter un chien de meute de chasse à courre qui traversait la N2 en forêt de Retz et perd le contrôle de son véhicule.
Source : https://www.lunion.fr/id54423/article/2019-03-30/un-chien-dune-chasse-courre-provoque-un-accident-de-moto-montgobert

2 novembre  2019 – Indre-et-Loire (37)

Une voiture transportant une famille en forêt de Loches heurte le cerf chassé par l’équipage Vénerie de Berry, tenu par le Marquis de Chaudenay. La voiture fait un tonneau et finit sur le toit dans un fossé. Par miracle, le père et l’enfant de deux ans s’en sortent avec des blessures légères. La mère fait un arrêt cardiaque et est plongée dans le coma artificiel pendant plusieurs jours. Quelques minutes plus tard la meute de chien arrive sur les lieux, visiblement derrière le cerf, mais les veneurs accusent « les cueilleurs de champignons » de faire sortir des animaux…
Source : https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/genille/loches-une-voiture-percute-un-cerf-trois-blesses-dont-un-grave-en-arret-cardiaque
https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/accident-en-foret-de-loches-le-cerf-etait-il-traque

23 novembre  2019 – Oise (60)
Il est 13h et les chiens de l’équipage « La Futaie des Amis » poursuivent un cerf et quelques biches dans les pâtures privées qui bordent la ville, sans aucun être humain pour les arrêter. Les animaux, affolés, traversent la route de Compiègne au niveau du camping et l’un d’eux heurte un véhicule de plein fouet ! Le conducteur, un jeune homme de la région de Clermont, sort choqué mais miraculeusement indemne.
Les veneurs passent quelques instants plus tard, sans se soucier de lui et s’enfoncent dans la forêt. C’est la gendarmerie, présente de manière disproportionnée pour accompagner la chasse ce jour là, qui s’occupe du ménage. Des voisins qui, à la vue des chiens errants, étaient sortis de chez eux, tentent de prendre des photos et de parler au conducteur. Ils sont repoussés par les forces de l’ordre qui contrôlent leur identité. Un des gendarmes tente même de prendre son téléphone à une riveraine.

Pour que cesse cette insécurité, une seule solution : abolir la chasse à courre, pratique inadaptée à notre époque moderne.

RASSEMBLEMENT POUR LA NATURE À VIEUX-MOULIN (60) : UNE TRÈS BELLE PREMIÈRE !

Samedi 2 novembre, AVA réunissait 150 habitants autour d’un événement en faveur de la Nature et de la forêt.
Alors que cette date est habituellement le lieu d’une messe des chasseurs à courre et d’une manifestation d’opposition à Saint-Jean-aux-Bois, c’est quelque chose de nouveau qui s’est déroulé ce samedi, le maire ayant bouclé son village par arrêté municipal.
🎼☕️ Autour d’une accordéoniste et de gâteaux faits-maison, plusieurs associations se sont jointes aux habitants du cru et ont installé des stands pour informer et débattre : connaissance des champignons 🍄, défense des blaireaux contre le déterrage 🦡, protection des oiseaux 🐦, contre la déforestation 🌳 et évidemment contre la vénerie 📯!

Puis, au terme du rassemblement, des habitants sont partis par petits groupes surveiller la chasse à courre qui avait lieu autour du village, beaucoup pour la première fois !

L’arrogance aristocratique des veneurs et de leurs laquais fait maintenant face à une résistance bien constituée et pérenne des riverains de la forêt. 📢🏡
A nous de faire de ce mouvement un foyer créatif, une source de solidarité et d’initiatives autour de la forêt.

VIVE LA NATURE LIBRE ET SAUVAGE ! A BAS LA CHASSE A COURRE !

Un grand merci à la mairie de Vieux-Moulin, Picardie, France qui nous a chaleureusement accueilli.
Merci aussi à toutes les associations présentes : LPO Oise, ASPAS – Association pour la protection des animaux sauvages, One Voice, Convention Vie et Nature

Voici le résumé des événements qui ont suivi ce rassemblement.
Le cerf traqué par la chasse à courre traverse la N31 puis tente de s’échapper en quittant la forêt à la nage, par la rivière. 🦌🤚
Se rendant compte qu’ils allaient perdre leur trophée, les veneurs sortent un fusil et parviennent à l’abattre dans l’eau, juste avant qu’il ne rejoigne la rive opposée. 😨
Ils récupèrent ensuite son corps et l’emmènent au chenil pour procéder à leur cérémonie macabre, le dépeçant au son des cors et des convives qui trinquent. 🏰🍾🔪
Ce n’est pas la première fois que des chasseurs à courre tuent un cerf dans l’Aisne, abandonnant là toute leur pseudo « éthique du veneur » : en janvier 2018, une scène similaire se produisait au même endroit, devant des habitants révoltés !
La chasse à courre est une pratique cruelle et dénuée de toute justification. Nous ne pouvons pas laisser une telle barbarie gratuite perdurer dans nos forêts.
🙅‍♀ Rejoignez-nous pour la faire abolir ! 🙅‍

Encore un chien blessé par la chasse à courre : ça suffit !

Samedi 19 octobre, forêt de Compiègne. 🌳
Pourchassé par l’équipage d’Alain Drach, ce cerf parvient à se cacher quelques instants pour reprendre son souffle, dans une parcelle le long de la route de Crépy. 📯🗡🦌



Mais des valets l’ont vu et donnent sa position aux veneurs, qui envoient la meute. Dans sa fuite désespérée, il donne un coup d’andouiller à un des malheureux toutous qui l’avait trouvé, et en heurte un autre. 🐶🤚
Quelques instants plus tard, une autre équipe de valets est envoyée pour empêcher les AVA témoins de la scène de retrouver le chien blessé. Mais ils ne parviendront qu’à répéter une des scènes pitoyables qui font maintenant partie de la vénerie pour cacher la vérité sur leur pratique… 🙄
Le cerf, lui, sera retrouvé et tué a Vivier Corax vers 15h. Une bien triste journée pour tous les animaux et leurs défenseurs. 🙅‍♂🙅‍♀
Soyons toujours plus nombreux à dénoncer cette barbarie : pour nous rejoindre en forêt c’est simple, contactez-nous ! 📧

Rambouillet : LES CHIENS-OUTILS DE LA CHASSE À COURRE ! 📯🗡

Chaque mardi et chaque samedi en forêt de Rambouillet, les chasseurs à courre de l’équipage Bonnelles lâchent une soixantaine de leurs chiens à la suite d’un cerf, dans le but de le rattraper, de le tuer et de célébrer un rituel médiéval autour de son corps.
Pour les veneurs, les chiens ne sont que des outils dans cette traque, au même titre que leurs 4×4 ou leurs dagues. Ils sont envoyés à travers des routes à 80km/h, des buissons de ronces, des grillages de propriété privées puis rentrés au chenil jusqu’à la semaine suivante.

 
Alors que les veneurs se retranchent derrière leur dernier argument, « l’amour des chiens », il est de notre devoir de témoins de montrer ce qu’endurent ces animaux au quotidien. 🤚🐶💚
 
Pour eux, mais aussi pour les chevaux, pour les animaux sauvages et pour la dignité de l’être humain, abolissons enfin la chasse à courre ! ✊🐶🦌🐴🏡