Incident (Chantilly)

Nous marchions sur le chemin très fréquenté qui fait le tour des étangs de Commelles (près de Chantilly) avec ma nièce de 3 ans, ma sœur et ma mère lorsque deux cavaliers en tenue ont fait irruption sur le chemin depuis la forêt. Ils ont failli nous renverser. Ils ne controlaient absolument pas leur monture et l’un d’entre eux a eu la décence de s’excuser. Nous ne nous attendions pas à prendre de tels risques en nous promenant à cet endroit : il n’y avait absolument aucun panneau pour avertir les promeneurs. De toute façon, je ne pense pas qu’ils avaient le droit d’être là.

Cécile G.

Incident (Vieux Moulin)

Je me baladais à l’étang de l’Etot, un mercredi après-midi en janvier, soudainement j’entends des chiens hurler. Assez habituée à croiser, à entendre la chasse à courre, j’en déduis de suite que l’équipage ne doit pas être très loin. En voiture, rentrant chez moi, je n’ai d’autre choix que de ralentir, je suis presque obligée de m’arrêter, je passe en plein milieu d’une trentaine de voitures, de camions, de 4×4, de personnes sur le bord de la route, des jumelles à la main. Je décide de m’arrêter plus loin et d’y retourner à pied, je veux voir si l’équipage entre dans Vieux-Moulin, ce qui n’est pas autorisé. Beaucoup de voitures y sont garées d’ailleurs. Les chiens et les chevaux du village sont paniqués, s’agitent, courent. Effroyable ! Je ne suis pas la seule à être affolée. Je ne pense qu’au pauvre animal qui doit être encerclé déjà ! Quelle barbarie ! Mon portable à la main, prête à filmer l’infraction, je les vois dans la forêt, à plusieurs mètres des maisons route Eugénie. Ils s’éloignent, n’entrent pas à cheval dans le village comme je l’esperais… Je reste statique, j’entends les chiens hurler, aboyer, quand je pense que Drach parle de « musique d’exception », je n’entends que la mort moi !
Je croise quelques chiens au milieu de la route, ils sont perdus, ils ne comprennent pas ce qu’on attend d’eux. On leur crie dessus pour qu’ils aillent rejoindre le reste de la meute. Je n’y connais rien, mais je sais que c’est la fin. Je rejoins les suiveurs sur le bord de la route, je ne vois pas, pas pris mes jumelles… Mais j’écoute. Tout s’enchaine. « Ce sont les chiens qui chassent hein de toute manière, ce ne sont pas les hommes » dit un suiveur. Je filme, à ce moment là, un 4×4 arrive à toute vitesse, un homme en sort en courant, la carabine à la main, allure de héros raté, ses amis l’encouragent: « Allez Francis t’es le meilleur ! ». Un coup de fusil retentit et résonne dans toute la forêt, les chiens pleurent maintenant… En dix minutes, tous étaient repartis, ils ont eu ce qu’ils voulaient.

Victoire C.

Incident (Forêt de Laigue)

J’habite dans la foret de Laigue depuis quelques années.
La chasse à courre y est largement présente bien évidemment.
Et parfois, je suis amenée à « tomber dedans », quand je me rends en voiture au village voisin.
Et une fois, ne pouvant plus circuler avec ma voiture, car la chaussée était largement occupée par l’équipage, je leur dis qu’ils me gênaient, et la réaction a été : un coup de cravache sur ma voiture de la part d’un chasseur à courre, qui avait un visage colérique, un regard plus que haineux!!!!!
C’est une scène qui m’est restée.
Toutes ces personnes me sont si antipathiques!!!
Je ne sais nous pouvons espérer leur abolition un jour!!!!

Evelyne L.

Incident (Vieux Moulin)

Le 21 octobre 2015, vers 13h00, alors que je partais promener ma chienne et que j’étais encore sur le pas de la porte, nous avons entendu deux très fortes détonations, à quelques secondes d’intervalle, et qui semblaient provenir de l’entrée de notre lotissement, à Vieux Moulin. Je me suis précipité sur les lieux, pendant que mon fils alertait la gendarmerie. Là, un équipage, avec chevaux et hommes en armes, venait d’abattre un cerf le long de la clôture d’un de nos voisins, malgré la présence d’enfants qui jouaient à proximité et malgré un arrêté municipal qui interdit la chasse à courre sur le domaine communal. J’ai brutalement questionné « Qu’est-ce que c’est que ce cirque ? Vous vous croyez où ? ». Pour toute réponse, un des cavaliers est venu me bousculer en me disant « Je vais te casser la gueule ! ». Il s’agissait d’Alain Drach, je l’ai appris plus tard. Je l’ai empoigné aux épaules pour résister à sa charge et aussitôt deux de ses hommes de main se sont précipités entre nous. Parmi les quelques échanges verbaux, j’ai retenu celui-ci, d’Alain Drach : « La différence entre nous, c’est que moi je paye et pas vous ! ».
Ils ont très rapidement chargé le cadavre du cerf dans un camion et se sont volatilisé. Les gendarmes sont arrivés quelques minutes plus tard. Après discussion avec eux, nous avons compris qu’une plainte pour menace verbale n’aurait aucun impact. C’est ce qui nous a décidés à manifester lors de la Saint-Hubert à Saint Jean-aux-Bois.

Philippe B.

Incident (Pierrefonds)

Au cours d’une balade en famille aux étangs Saint Pierre (a côté de Pierrefonds) pour faire découvrir des plantes aux enfants, nous tombons sur cette bande de chasseurs à courre qui appelle ses chiens par des numéros… Choqués nous demandons si ils n’ont pas de noms? La dame nous répond « bien sur qu’ils ont des noms! » Mais elle n’as pas su nous dire les noms des quelques chiens qui étaient là!! Ensuite nous nous faisons limite agresser par un monsieur en 4×4 qui nous dit de partir car il y a un sanglier méchant… Nous lui répondons que c’ est normal vu qu’il était poursuivi surement depuis un moment! Pauvres bêtes poursuivies jusqu’à épuisement… Et c’est également triste pour les chiens qu’ils utilisent!! On croise de moins en moins d’animaux en forêt et c’est vraiment triste.

Marlène S.

Incident (Tracy Le Mont)

Cela fait maintenant six ans que nous habitons, mon conjoint et moi, dans un village aux alentours de Compiègne accessible par la forêt. A plusieurs reprises le long de la route nous avons croisé des chiens de chasse ainsi que des animaux sauvages tels que des cervidés, des sangliers mais aussi énormément de blaireaux et de renards, et nous sommes forcés de remarquer que depuis deux ans nous croisons de moins en moins d’animaux sauvages, ce qui me parait bien triste dans une forêt comme la nôtre.
Il y a deux ans nous avons recueilli un chien errant le long de la route dans notre voiture car celui-ci était mal en point et avait des blessures sur une bonne partie du corps, de plus il était couvert de dizaines de tumeurs un peu partout. Ne sachant pas à qui il appartenait, nous avons appelé le numéro inscrit sur son collier mais quelle tristesse quand nous nous sommes aperçus qu’il appartenait à des chasseurs! Quand son maître est venu le rechercher quelques minutes après notre appel, il a frappé et insulté ce pauvre chien de tous les noms en insistant sur le fait qu’il était mauvais chasseur, bref nous étions dépités mon conjoint et moi.
Un autre matin c’est un tout petit chien que j’ai vu sur le bord de la route, apeuré par les voitures et figé à tel point que j’ai cru voir une peluche. J’ai donc fait demi tour et n’ayant pas de collier et ne voulant pas reproduire la même erreur que la première fois, je l’ai emmené chez mon vétérinaire qui l’a identifié grace à sa puce comme appartenant de nouveau à un chasseur! Je n’ai pas eu affaire à lui car mon vétérinaire s’en est chargé mais parait-il que cela faisait deux jours qu’il le cherchait et qu’il était très content de l’avoir retrouvé! Une autre nuit c’est un grand chien de chasse à courre que nous avons croisé sur la nationale sans parvenir à l’approcher car trop apeuré par l’homme, il est reparti dans la forêt.
Ayant moi même deux chiens, je suis scandalisée par le comportement des chasseurs envers eux car ils les traitent réllement comme des moins-que-rien. De plus je n’ose plus aller en forêt avec mes chiens de peur d’en croiser et qu’ils prennent les miens pour des bêtes sauvages et les abattent, ou que des meutes de chiens les attaquent car ils sont de plus en plus présents, au moins deux fois par semaine dans notre secteur, et surtout les week-ends et débuts de semaine, ce qui fait peu de créneaux pour profiter de notre belle forêt et pouvoir faire des balades au calme sans avoir peur de croiser une balle perdue.

Olivia M.

Incident (La Croix Saint Ouen)

Au début des années 90 en forêt de Compiègne, à l’époque où notre baronne préférée pratiquait encore son activité favorite à dos de cheval, nous tentions, avec nos petits moyens de jeunes adolescents, de perturber les chasses à courre. Un jour, nos vélos entreposés en travers d’un chemin étroit ne permettaient pas le passage aisé des chevaux. Tous les esclaves soumis de Madame nous pressaient de « Laissez passer la Baronne » Et nous avons eu droit à cette réplique de Rothschild : « Poussez vous, manants » Cela reflète parfaitement le monde dans lequel vivent ces gens, et la soumission des « petits » qui pourtant la servent.

Pascal M.

Incident (Compiègne)

Je travaillais à Carrefour et je rentrais vers le centre ville en voiture (dans l’après-midi). Arrivée au rond-point pas loin du magasin Gifi, j’aperçois un chien, tout seul, errant sur la route en plein milieu du rond point! Ni une ni deux je m’arrête sur le bas côté malgré la circulation pour essayer de le sortir de là car c’est dangereux pour un chien! Quelqu’un qui passait à pied me rejoint et on arrive à faire rentrer le pauvre toutou dans ma voiture et je repars. Je l’ai emmené chez moi ne sachant pas trop quoi faire!
Pendant les 3 jours où on l’a eu à la maison le Norbert (on l’a appelé comme ca), j’ai remarqué qu’il avait pas l’air habitué aux caresses et qu’il mangeait chaque repas comme si c’était son dernier. Pauvre Norbert il envoyait des croquettes partout autour de lui!
Puis un ami de passage a reconnu la race de chiens que l’équipage Rothschild utilisait pour tuer des cerfs en forêt alors on a eu l’idée de l’emmener chez elle directement. Après tout si c’est à eux ils doivent s’inquièter que je pensais. On arrive chez Mme Rothschild, qui me reçoit en personne, je lui explique toute l’histoire: chien abandonné, en danger, les risques qu’on a pris pour lui… Et là elle regarde juste le chien et elle dit « dit merci à la dame Italien ». Pas un merci de sa part, rien…
Au moins j’ai appris que mon Norbert s’appelait en fait Italien…

Julie S.

Incident (Compiègne)

Ma mère passait en voiture sur un chemin de forêt à Compiègne, quand tout à coup elle pile car elle voit traverser un troupeau de cerfs et de biches qui couraient! Puis peu après une meute de chiens qui les suivent! Comprenant la situation elle klaxonne pour tenter de désorienter les chiens et de faire gagner quelques secondes aux cerfs traqués, quelques secondes qui pourraient leur sauver la vie, qui sait! Puis arrivent des cavaliers à la suite des chiens, et un d’entre eux s’écarte de la bande et s’avance vers elle. Elle reconnait alors Monique de Rothschild, et celle ci fouette le capot de sa voiture, comme pour la punir d’avoir klaxonné! Ma mère est restée bouche bée d’une telle arrogance pendant que la troupe repartait vers leur crime.

Françoise B.

Incident (Forêt de Compiègne)

Depuis 2 jours, je tentais d’aller marcher en forêt de Compiègne, le lundi à la Faisanderie où toutes les voitures, camions et tous les babaches en mobylette… Donc marche arrière et direction Les étangs St Pierre, bien avant sur toutes les routes, panneaux CHASSE A COURRE, avec tirs???
Donc tu vas en forêt marcher et pas à l’abri de te prendre une balle perdue, car ils bloquent toutes les routes, t’empêchent de passer, et si tu te rebelles, tu n’es pas à l’abri non plus de te prendre un coup de cravache tellement ils écument, comme leurs chevaux qui n’en peuvent plus…..
Pffff quel monde de seigneurs!!! A bas la Chasse à Courre
Vivement qu’elle soit interdite afin qu’on reprofite de notre belle forêt sans risque de mourir……

Martine S.