Saison 2019/2020 : déjà 15 incidents de chasse à courre !

Comme toutes les précédents, cette saison de chasse à courre a été émaillée d’incidents graves : intrusions dans des jardins, des centre-villes et des zones interdites, accidents de voiture, animaux domestiques tués, arrêtés municipaux violés… L’année dernière nous avions été en mesure de recenser pas moins de 20 incidents partout en France, et cette année n’est pas en reste avec déjà 15 événements marquants.
Ce travail de recensement est le fruit de la mobilisation populaire que nous avons enclenché et, sans la participation de chacun, la plupart de ces faits seraient passés sous silence. Bravo à tous ceux qui nous ont contacté pour nous faire part de leur expérience : ensemble nous faisons enfin la lumière sur la situation intenable que vit la population des campagnes et des lisières de forêts françaises !
Voici un bilan temporaire, peu après la mi-saison :


19 octobre : L’équipage de Villers-Cotterêts tue un cerf dans la zone industrielle des Verriers (02).

 

2 novembre : Pendant une chasse à courre de l’équipage « Vénerie du Berry » en forêt de Loches (37), le cerf pourchassé déboule sur la D764 et heurte une voiture transportant une famille.
Le choc est si violent que le véhicule finit sur le toit, dans un fossé. À l’intérieur, la mère de famille fait un arrêt cardiaque (à ce jour, elle est toujours dans le coma), tandis que son mari et son enfant de deux ans s’en sortent miraculeusement avec des blessure superficielles. Le cerf, lui, a été éjecté à 50 mètres de là et est mort sur le coup.
Le capitaine de Gendarmerie Gaudrel déclarera à la presse que cet accident souligne « la dangerosité de la forêt quand les animaux sont chassés ».
Source : La Nouvelle République

 

3 novembre : À la poursuite d’un cerf, la meute du Rallye Trois Forêts pénètre dans un domaine privé habité, au sud de Pontpoint (60). L’animal endommage les grillages de la propriété dans sa fuite avant de mourir en frappant un arbre de plein fouet.

 

16 novembre : (VIDÉO) Hors de contrôle, une partie de la meute du Rallye Trois Forêts poursuit un cerf blessé jusque dans le lotissement de la Source aux Moines à Pont-Sainte-Maxence (60). Attirés par les râles de douleur du cerf et les cris de la meute, des riverains sortent de chez eux et s’interposent.
Cet incident intervient alors que l’équipage est déjà poursuivi par la commune pour des faits similaires survenus en 2018.
Source : le Parisien

 

23 novembre : Tout près de Pierrefonds (60), sur la départementale, une voiture heurte un cerf fuyant l’équipage La Futaie des Amis. Quelques minutes plus tôt, la meute avait traversé un terrain privé pourtant protégé par un arrêté municipal.
Source : Oise Hebdo

 

19 novembre : Alors que des enfants de 3 ans découvrent la nature lors d’une sortie scolaire près de Saint-Sauveur (60), un chevreuil poursuivi par le Rallye Pic’Harloup traverse à quelques mètres du groupe. Les enfants, inquiets, se retrouvent frôlés par les chiens hurlants. L’enseignante avait pourtant pris les précautions nécessaires pour s’assurer qu’aucune chasse à tir n’avait lieu ce jour-là, mais c’était sans compter le manque de transparence des veneurs quant à leur calendrier et zones de chasse.

Source : Courrier Picard

 

26 novembre : Pendant une course d’orientation d’une classe de 1ère du lycée Jean Rostand à Chantilly (60), organisée dans les parcelles de forêt voisines, un cerf coupe la route d’une élève : le groupe se retrouve en pleine chasse à courre du Rallye Trois Forêts.

 

9 décembre : (VIDÉO) Pendant une chasse au chevreuil du Rallye Pic’Harloup, un veneur perd le contrôle de son cheval. Affolé, il s’emballe sans cavalier sur la départementale près de Pierrefonds (60).

 

14 décembre : (VIDÉO) Un jeune cerf épuisé et blessé, traqué par le Rallye Bonnelles, se réfugie dans le jardin d’une propriété privée en lisière de la forêt de Rambouillet (78).

 

17 décembre : L’équipage Bernel traque un sanglier jusqu’à l’école maternelle de Liniers (86), à plus d’1,5 km de la forêt de Moulière. Les enseignants confinent les enfants à l’intérieur de l’école pendant que l’animal trouve refuge dans un jardin privé, dans lequel les chasseurs pénètrent avec leurs chiens malgré l’opposition des propriétaires, du maire et de la gendarmerie. L’équipage emporte ensuite l’animal qu’ils tueront et découperont en forêt. Le maire portera plainte contre les chasseurs pour mise en danger d’autrui.

Source : La Nouvelle République

 

26 décembre : (VIDÉO) Le cerf chassé par La Futaie des Amis se cache dans un étang privé à Verberie (60). Le maire, informé par les habitants, se rend immédiatement sur place accompagné de la gendarmerie pour faire valoir son arrêté municipal et faire appliquer la loi : sans l’accord du propriétaire, l’acte de chasse sur le terrain d’autrui est illégal. Alors que le Maître d’équipage assure au maire et aux forces de l’ordre qu’il met fin à la chasse, son valet s’empresse de tirer discrètement l’animal au fusil, mettant tout le monde devant le fait accompli. Le Maire déclarera à la presse que « tout cela n’est pas acceptable et relève d’un comportement féodal qui n’a plus lieu d’être ».

Source : Courrier Picard, Oise Hebdo

 

31 décembre : (VIDÉO) À Prémontré (02), le jour du réveillon, un couple de retraités voit un cerf affolé se réfugier sous leurs fenêtres, suivi par une meute de chiens. La gendarmerie doit rappeler les chasseurs à courre du Rallye Nomade pour qu’ils daignent revenir sur les lieux et récupérer leurs chiens.

Source : L’Union

 

31 décembre : Des veneurs de l’équipage de Villers-Cotterêts traversent les voies ferrées de la ligne Paris-Laon à proximité de Fleury (02) avant de refermer le portail qui en empêchait l’accès.

 

4 janvier : (VIDÉO) Un cerf se réfugie dans un jardin privé de Quincy-Basse (02). Les propriétaires s’empressent de fermer leur portail pour empêcher l’intrusion des chasseurs à courre du Rallye Nomade, mais l’animal termine sa course dans l’étang privé voisin.

Source : L’Union

 

4 janvier : Un chien du Rallye Bonnelles est percuté par un automobiliste sur la départementale près de Condé-sur-Vesgres (78).

 

RASSEMBLEMENT POUR LA NATURE À VIEUX-MOULIN (60) : UNE TRÈS BELLE PREMIÈRE !

Samedi 2 novembre, AVA réunissait 150 habitants autour d’un événement en faveur de la Nature et de la forêt.
Alors que cette date est habituellement le lieu d’une messe des chasseurs à courre et d’une manifestation d’opposition à Saint-Jean-aux-Bois, c’est quelque chose de nouveau qui s’est déroulé ce samedi, le maire ayant bouclé son village par arrêté municipal.
🎼☕️ Autour d’une accordéoniste et de gâteaux faits-maison, plusieurs associations se sont jointes aux habitants du cru et ont installé des stands pour informer et débattre : connaissance des champignons 🍄, défense des blaireaux contre le déterrage 🦡, protection des oiseaux 🐦, contre la déforestation 🌳 et évidemment contre la vénerie 📯!

Puis, au terme du rassemblement, des habitants sont partis par petits groupes surveiller la chasse à courre qui avait lieu autour du village, beaucoup pour la première fois !

L’arrogance aristocratique des veneurs et de leurs laquais fait maintenant face à une résistance bien constituée et pérenne des riverains de la forêt. 📢🏡
A nous de faire de ce mouvement un foyer créatif, une source de solidarité et d’initiatives autour de la forêt.

VIVE LA NATURE LIBRE ET SAUVAGE ! A BAS LA CHASSE A COURRE !

Un grand merci à la mairie de Vieux-Moulin, Picardie, France qui nous a chaleureusement accueilli.
Merci aussi à toutes les associations présentes : LPO Oise, ASPAS – Association pour la protection des animaux sauvages, One Voice, Convention Vie et Nature

Voici le résumé des événements qui ont suivi ce rassemblement.
Le cerf traqué par la chasse à courre traverse la N31 puis tente de s’échapper en quittant la forêt à la nage, par la rivière. 🦌🤚
Se rendant compte qu’ils allaient perdre leur trophée, les veneurs sortent un fusil et parviennent à l’abattre dans l’eau, juste avant qu’il ne rejoigne la rive opposée. 😨
Ils récupèrent ensuite son corps et l’emmènent au chenil pour procéder à leur cérémonie macabre, le dépeçant au son des cors et des convives qui trinquent. 🏰🍾🔪
Ce n’est pas la première fois que des chasseurs à courre tuent un cerf dans l’Aisne, abandonnant là toute leur pseudo « éthique du veneur » : en janvier 2018, une scène similaire se produisait au même endroit, devant des habitants révoltés !
La chasse à courre est une pratique cruelle et dénuée de toute justification. Nous ne pouvons pas laisser une telle barbarie gratuite perdurer dans nos forêts.
🙅‍♀ Rejoignez-nous pour la faire abolir ! 🙅‍

Encore un chien blessé par la chasse à courre : ça suffit !

Samedi 19 octobre, forêt de Compiègne. 🌳
Pourchassé par l’équipage d’Alain Drach, ce cerf parvient à se cacher quelques instants pour reprendre son souffle, dans une parcelle le long de la route de Crépy. 📯🗡🦌



Mais des valets l’ont vu et donnent sa position aux veneurs, qui envoient la meute. Dans sa fuite désespérée, il donne un coup d’andouiller à un des malheureux toutous qui l’avait trouvé, et en heurte un autre. 🐶🤚
Quelques instants plus tard, une autre équipe de valets est envoyée pour empêcher les AVA témoins de la scène de retrouver le chien blessé. Mais ils ne parviendront qu’à répéter une des scènes pitoyables qui font maintenant partie de la vénerie pour cacher la vérité sur leur pratique… 🙄
Le cerf, lui, sera retrouvé et tué a Vivier Corax vers 15h. Une bien triste journée pour tous les animaux et leurs défenseurs. 🙅‍♂🙅‍♀
Soyons toujours plus nombreux à dénoncer cette barbarie : pour nous rejoindre en forêt c’est simple, contactez-nous ! 📧

NORMANDIE : LA CHASSE A COURRE TUE UN CERF ET MENACE LES TEMOINS

📅 Samedi 28 septembre 2019. Le Rallye Roumare traque un cerf pendant 5h, déjà affaibli par le brame, jusque dans un champ en bordure de forêt d’Eawy après avoir traversé une départementale très fréquentée.
Exténué et piégé, il est « dagué » derrière une botte de foin par un valet de l’équipage.
Les quelques AVA présents sur place, trop peu nombreux pour intervenir, subissent alors les menaces des suiveurs surexcités par la tuerie, et voyant d’un mauvais oeil la présence de caméras révélant leur « passion » sanglante.

Que vous habitiez la Seine-Maritime, l’Orne ou ailleurs, rejoignez-nous en forêt pour montrer l’opposition de la population à cette barbarie ! 🏡🗣
Partagez en masse cette vidéo et prenez contact avec le groupe le plus proche de chez vous, afin de participer au mouvement d’abolition de la chasse à courre ! 🌍💚

#TRAQUÉS 6 – LE CERF (📸 par Jim Photo)

🦌🖼 Animal emblématique de nos forêts, le cerf est l’un des plus grands mammifères vivant en France. Méfiant et adroit, il est difficile à observer, son apparition est donc toujours un événement.
Il voit généralement le jour vers mai/juin : faon jusque 6 à 8 mois, hère jusque 1 an, daguet dès ses premiers bois, il devient véritablement cerf adulte à partir de 4 ans.
Un beau matin d’hiver, il se met à perdre ses bois en heurtant des branches. Il se sent alors diminué, sans défense, et s’isole parfois plusieurs jours.
Le jeune cerf est pourtant un animal sociable : entouré de biches et de leurs faons, il vit en harde dirigée par une matriarche. Au moment du rut, le cerf adulte, isolé, se rapproche d’une harde afin de s’accoupler. Il ne s’alimente plus et peu perdre jusqu’à 20 % de son poids ! Au moment du brame il ne faut surtout pas le déranger…

🗡📯 De septembre à mars, les veneurs envahissent la forêt toutes les semaines à sa recherche. Ils lâchent jusqu’à 60 chiens sur l’un d’eux, repéré souvent le matin, s’amusent quelques heures de ses ruses pour survivre, puis l’achèvent et rentrent au chenil pour un cérémonial autour de son cadavre.
Cette chasse à courre est la clé de voûte de tout l’édifice des veneurs. Voici comment elle est décrite dans le fameux « Livre de la Chasse » de 1389, qui codifie toutes les véneries :
« Les unes appartiennent aux puissants, les autres aux faibles, et je vais donc vous les présenter par ordre. C’est une bonne chasse que celle du cerf, car c’est belle chose que de bien traquer un cerf, belle chose de le poursuivre, de le courir longuement jusqu’à l’abattre, soit en eau soit sur terre, belle chose la curée, belle chose de bien l’embrocher, de le dépecer et de lever les chairs. C’est une belle bête et plaisante, et je tiens là que ce soit donc la plus noble des chasses. »
Encore aujourd’hui, il existe une quarantaine de ces équipages, autour desquels tous les autres font bloc car ils dépendent d’eux matériellement et culturellement.

Un cerf tué et une femme agressée !

Mercredi 9 janvier 2019, forêt de Compiègne.
Un cerf, traqué par la chasse à courre, se jette dans l’étang Saint-Périne, les chiens à ses trousses lui dévorant l’arrière train.
Mais une courageuse habitante se fraie un chemin parmi les veneurs pour s’interposer ! Ceux-ci tentent alors de lui barrer le passage, de lui voler sa caméra et la malmènent pour cacher leur tuerie.

Partout, sortons montrer notre opposition à cette pratique d’un autre âge ! Rejoignez AVA Compiègne ou l’antenne la plus proche de chez vous !

Sinon vous pouvez les soutenir ici :
https://www.leetchi.com/c/soutien-a-ava-compiegne

ACTION INTERNATIONALE CONTRE LA VENERIE

🇬🇧 🇫🇷 Samedi 8 décembre. Comme chaque samedi, des habitants de toute la France sont sortis s’opposer à la barbarie qu’est la chasse à courre : Touraine, Rambouillet, Eawy, Ecouves, Compiègne, Ermenonville…
Certains ont même reçu des renforts très précieux venant d’Angleterre : nos amis de la Hunt Saboteurs Association ! Cette organisation, existant depuis 1963, a obtenu l’abolition de la chasse à courre dans leur pays, et sont toujours sur le terrain depuis pour empêcher la tenue de chasses illégales. 
Autant dire que les veneurs n’ont que très peu goûté ce week-end de chasse, et tous en garderont un souvenir amer. ✌️🦌
Encore une nouvelle victoire pour AVA et les habitants des forêts révoltés par cette pratique !
Ensemble, avançons nous aussi vers l’abolition de la chasse à courre ! 

Forêt de Compiègne. Une quarantaine de personnes se sont réunies pour s’opposer pacifiquement à l’équipage La Futaie de Amis. Le cerf a pu s’échapper de justesse, les veneurs ayant perdu le contrôle de leur meute à plusieurs reprises. Merci à nos amis anglais de nous avoir fait partager leur très riche expérience !
Forêt d’Ermenonville, près de Chantilly. Le Rallye Trois-Forêts ayant annulé a chasse « pour raisons de sécurité », la dizaine d’habitants réunis sous les couleurs d’AVA ont trouvé l’équipage Pic’Hardi Chantilly, chassent les chevreuils à courre. Aucune victime animale à déplorer, mais les suiveurs ont montré toute leur agressivité en frappant au fouet et poursuivant un courageux jeune homme seul à travers la forêt.
Forêt d’Ambillou, Touraine. Des bretons sont venus prêter main forte aux habitants du cru pour suivre cette chasse à courre massive : un équipage solognot était invité. Un échange culturel très intéressant, qui a renforcé les deux groupes ! Bravo à la vingtaine de personnes réunies contre la chasse à courre !
Forêt de Rambouillet. Une trentaine de sympathisants AVA se sont réunis ce samedi , encore choqués de la scène vécue la semaine précédente, où un cerf a été noyé dans l’étang sous leurs yeux, et bien déterminés à ne plus jamais revivre cela. Cette fois, aucun cerf n’a été tué ! Bravo aux rambolitains, de plus en plus nombreux à se lever contre la barbarie dans leur forêt !

Forêts d’Eawy et d’Ecouves, en Normandie. Au total, une quinzaine de normands se sont répartis sur ces deux forêts pour surveiller les équipages locaux de chasse à courre. Le mouvement prend doucement de l’ampleur sur place, et encore une fois, aucun cerf n’a pu faire les frais du loisir barbare des veneurs.

 

 

Panique à l’Assemblée générale des veneurs :  » Ils se répandent partout ! « 

La Société de Vénerie vient de tenir son Assemblée Générale près de Fontainebleau. Le sujet principal : comment écraser la résistance grandissante des habitants contre leur pratique. Au passage, leur président nous fournit un bon conseil…
Soyons encore plus nombreux la saison prochaine pour dire stop à la barbarie dans nos campagnes !
Rejoignez les AVA près de chez vous !