Rambouillet : LES CHIENS-OUTILS DE LA CHASSE À COURRE ! 📯🗡

Chaque mardi et chaque samedi en forêt de Rambouillet, les chasseurs à courre de l’équipage Bonnelles lâchent une soixantaine de leurs chiens à la suite d’un cerf, dans le but de le rattraper, de le tuer et de célébrer un rituel médiéval autour de son corps.
Pour les veneurs, les chiens ne sont que des outils dans cette traque, au même titre que leurs 4×4 ou leurs dagues. Ils sont envoyés à travers des routes à 80km/h, des buissons de ronces, des grillages de propriété privées puis rentrés au chenil jusqu’à la semaine suivante.

 
Alors que les veneurs se retranchent derrière leur dernier argument, « l’amour des chiens », il est de notre devoir de témoins de montrer ce qu’endurent ces animaux au quotidien. 🤚🐶💚
 
Pour eux, mais aussi pour les chevaux, pour les animaux sauvages et pour la dignité de l’être humain, abolissons enfin la chasse à courre ! ✊🐶🦌🐴🏡

Compiègne : Un chien piétiné par un cavalier

Samedi 5 octobre. Comme cela arrive souvent, un chien est piétiné par un veneur à cheval ! Jappant de douleur, il semble blessé à la patte avant-droite et la traîne sans pouvoir s’appuyer dessus en allant rejoindre ses compagnons de meute.

Les veneurs ne s’arrêtent pas pour si peu, et ce chien disparaitra de la chasse rapidement après.

La SPA a été prévenue et nous ferons notre possible pour le sauver de l’euthanasie expéditive ! 🐶🤚💚

Les chasseurs à courre considèrent leurs chiens comme des outils interchangeables, stockés en cage puis mis en danger sur les routes, dans les ronces, sous les sabots des chevaux et face aux animaux traqués.

Cela doit cesser : abolissons la chasse à courre ! 📯🏰🚫

Un jeune sanglier dévoré vivant : AVA Bretagne s’interpose !

Mardi 27 novembre, une chasse à courre parmi tant d’autres en Bretagne… Tandis que l’équipage parade fièrement, une 30aine de chiens affamés sont lâchés un peu partout en forêt à la recherche d’un nouvel animal à traquer. Rapidement, une partie de la meute tombe par hasard sur un sanglier de quelques mois qu’elle encercle et prend pour cible.

Bilan : rectum et parties génitales arrachées, perforation d’un poumon, plaie profonde de l’abdomen avec extériorisation intestinale ainsi que de nombreuses autres plaies.

Les membres d’AVA présents sur place parviennent à l’extraire de la meute, et l’emmener chez le vétérinaire le plus proche. Jusqu’au bout, et aidé par les bienveillance des humaines l’entourant, ce petit sanglier n’a cessé de se battre, mais ses blessures étaient trop sérieuses.

Plusieurs fois par semaines, un peu partout en France, de nombreux animaux subissent le même sort, cerfs, chevreuils, sangliers, renards, lièvres et lapins pour le plaisir de quelques-uns. Ne fermons plus les yeux devant la barbarie et mettons y un terme.

Repose en paix Mini-Pumba.