#TRAQUÉS 5 – LE LAPIN (📸 par Cédric Photographie)

🐇🖼 Le lapin de Garenne (Oryctolagus cuniculus) fait partie de la famille des Leporidae, comme le Lièvre d’europe. Plus petit que son cousin, les adultes mesurent entre 34 et 50 cm et sont facilement reconnaissables avec la queue blanche en dessous. Ils ont une alimentation de végétaux très diversifiés et mangent notamment les herbes sèches.
Ce sont des animaux très sociaux et vivent dans des terriers reliés entre eux par des galeries. Les lapins communiquent essentiellement entre eux avec des stimuli odorants. En cas de détresse, ils peuvent émettre de petits cris aigus et même taper du pied.
La reproduction a lieu toute l’année avec une majorité de mise bas entre février-août. Les femelles mettent bas dans un terrier peu profond appelé « rabouillère » où elles lovent leurs petits dans un mélange de herbes sèches et de poils. Ils atteignent 80% de leur poids adulte en 3 mois !

📯🗡 En 1993, la chasse à courre ajoute un animal à sa kill-list : le lapin. Même si ces veneurs sont assez mal considérés par les autres, leur existence est le prix à payer pour pouvoir affirmer que la chasse à courre n’est pas réservée aux aristocrates. Il existe aujourd’hui une cinquantaine de ces équipages en France, réputés comme « une porte ouverte aux femmes et aux enfants »…
La vénerie du lapin est assez rapide, surtout quand les veneurs bouchent les terriers pour ôter toute possibilité de cachette à leur proie. Face à la meute de chien, les lapins chassés sont souvent dévorés vivants. La période de chasse étant commune à la période de reproduction, cela peut induire la mort de nombreux lapereaux quand la mère est tuée !
Fin 2017, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature a classé cette espèce comme « quasi-menacée » en France, mais ce n’est pas pour arrêter les chasseurs à courre dans leur « passion »…