VERDICT DU PROCES DE RENNES

La Justice a tranché, voici les peines prononcées à l’encontre des agresseurs de Claire et Christophe :
 
– 10 mois de prison avec sursis pour le piqueux de l’équipage, avec un an d’interdiction de chasser 📯🚫
– De 6 à 8 mois de prison avec sursis pour les quatre autres
– Plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts pour les victimes
Les accusés ont annoncé faire appel de cette décision.


Après Compiègne et Rambouillet, c’est la troisième condamnation de chasseurs à courre pour des violences, qui ont explosé depuis l’apparition de leur milice en gilets « J’aime la Chasse » (pas moins de vingt agressions graves). Bien que nous ne puissions nous satisfaire d’une sentence aussi légère pour des faits d’une telle gravité, il était important que l’Etat commence enfin à se positionner : une milice ultra-violente ne peut pas se développer impunément dans notre pays ! L’opposition pacifique et populaire à la chasse à courre, portée par AVA depuis maintenant deux ans, doit être protégée dans son droit le plus strict à manifester son opinion et à documenter ce qu’elle condamne.
Bravo à tous ceux qui font face aux veneurs, chez eux, chaque semaine, en faisant valoir leurs droits sans jamais perdre leur sang-froid !
Nous, les habitants témoins de cette barbarie, les citoyens conscients des enjeux, réclamant la paix et de progrès, ne laisserons jamais la loi du silence s’installer dans nos campagnes et nos forêts !
A bas la chasse à courre ! Soyons solidaires face aux violences !

 

Procès des violences de la chasse à courre, à Rennes : le résumé

Mardi 16 juillet a enfin eu lieu l’audience au Tribunal de Rennes des agresseurs de Claire et Christophe. Pour rappel, ces deux AVA avaient été sauvagement agressés alors qu’ils suivaient une chasse à courre pour en exposer les méfaits, Christophe étranglé au sol et Claire la tête maintenue sous l’eau jusqu’à suffocation.

C’est devant une salle hostile, que la Juge menacera d’ailleurs de faire évacuer, que les victimes doivent faire face à leurs agresseurs une nouvelle fois. En effet, les veneurs s’étaient organisés pour en monopoliser les places, bousculant même des gens à l’entrée. Dehors, les soutiens de Claire et Christophe, venus de loin pour certains, sont repoussés hors du Tribunal par la police.

Pendant ce temps à l’intérieur, le procès commence, et le ton est donné rapidement :
Moi je paye mes impôts, pas comme ces deux énergumènes à côté, lance un des accusés, pointant les victimes.
Les tentatives de diversions de leur avocat ne résistent pas aux recadrages de la magistrate, qui veut rester sur les faits :
Vous la maintenez par le buste et sa tête va être immergée dans l’eau par votre action.
J’ai déconnecté, j’étais là sans y être, tente alors un accusé. Puis parlant de Christophe :
On était à trois dessus, on a pas réussi à lui arracher sa Gopro.
La parole est alors aux victimes :
J’étais au sol, et là j’ai senti deux hommes me soulever par les bras et m’emmener jusqu’au fossé. Ils m’ont mis la tête plusieurs fois sous l’eau. Au bout d’un moment je me suis dit, « je vais mourir là », raconte Claire avant d’évoquer ses cauchemars récurrents depuis le jour de l’agression.

Le procureur conclut l’audience en dénonçant «des faits d’une extrême gravité», sans «aucune excuse de provocation». Il requiert des peines de 14 et 12 mois de prison contre deux des prévenus et de 10 mois avec sursis contre les trois autres, ainsi qu’une interdiction de chasse de trois ans à l’encontre des cinq accusés, dont le maître chien de l’équipage Rallye Bretagne.

La balle est maintenant dans le camp de l’Etat français, qui a l’occasion de marquer un coup d’arrêt aux violences orchestrées par les veneurs, qui vont crescendo depuis maintenant un an. Le 25 juillet prochain, nous espérons un verdict qui envoie un message fort à la Société de Vénerie et à tous ceux qui croient pouvoir faire régner leur ordre par la violence dans notre pays : il faut en finir avec l’impunité ! Une pratique telle que la chasse à courre, décriée par 84% des Français, ne peut pas se maintenir si sa seule défense est l’agression et l’intimidation !

Bravo à Claire et Christophe pour leur courage. Vous êtes les dignes représentants du soulèvement populaire et pacifique qu’est AVA.

Merci à tous ceux qui se sont déplacés pour les soutenir dans cette épreuve.

Solidarité avec Claire et Christophe : tous au Tribunal !

Le samedi 2 février dernier, alors qu’ils suivent une chasse à courre pour la documenter et en exposer la barbarie au monde, Claire et Christophe sont sauvagement agressés.
Claire est frappée, jetée au sol et emmenée dans un fossé où on lui maintient la tête sous l’eau jusqu’à suffocation.
Christophe, qui tente de s’interposer, est lui aussi frappé, immobilisé au sol et étranglé. Leurs agresseurs ne réussiront pas à leur voler leurs caméras, seule l’arrivée d’autres camarades d’AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) mettra fin à l’agression.
Depuis quelques mois, les chasseurs à courre ont organisé une véritable milice pour empêcher les opposants de suivre et filmer leur pratique barbare. Pas moins de vingt agressions graves sont à déplorer, mais seulement quelques unes passeront en Justice.
La condamnation des agresseurs de Claire et Christophe doit venir mettre un coup d’arrêt aux violences orchestrées par les veneurs. L’Etat de droit doit prévaloir !

➡ Tous devant la Cité Judiciaire de Rennes, ce mardi 16 juillet à 13h !
Soyons nombreux à leur montrer notre soutien, réclamons justice tous ensemble !
➡ Ramenez pancartes, banderoles et collation. Seules quelques personnes pourront assister à l’audience et communiqueront en direct à l’extérieur.
➡ Des co-voiturages sont organisés sur l’évenement Facebook :  https://www.facebook.com/events/950157075332175/
➡ Si vous ne pouvez pas vous déplacer, laissez leur un message de soutien ! 💚

AVA Saison 2 : Grand final le 30 mars !

Notre deuxième saison touche à sa fin, il est grand temps que la forêt et ses habitants retrouvent le calme du printemps.
Cette année, nous avons été près de 700 à nous relayer pour surveiller les chasses à courre près de chez nous et protéger les animaux. Nos 19 antennes permettent désormais la mobilisation des habitants dans plus de 20 forêts françaises !

Le mouvement AVA est parvenu à se structurer malgré les violences et les mensonges sans limite des veneurs, comme une maison bâtie en pleine tempête…  Mais n’en déplaise aux barbares féodaux qui voudraient voir cette expression populaire écrasée : nous sommes aujourd’hui bien plus forts que nous ne l’étions il y a un an !
Désormais plus rien ne pourra arrêter le mouvement des masses vers l’abolition de la chasse à courre !



Tous ensemble, fêtons cette réussite !

Réunissons-nous le Samedi 30 mars :
Paimpont : Bye Bye la chasse à courre ! (35)
Pont-Sainte-Maxence : Bye Bye la chasse à courre ! (60)
Castelnau-de-Montmiral : Bye Bye la chasse à courre ! (81)
Rambouillet : Bye Bye la chasse à courre ! (78)

UN AVA DANS LE COMA : LE RECIT COMPLET

Voici le récit complet des évènements qui ont précédé l’hospitalisation de notre camarade Frédéric, ce samedi 16 février 2019, tel que raconté par des témoins directs.
A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est toujours plongé dans le coma, cela depuis 11 jours.
Pendant ce temps, une campagne écœurante orchestrée par la Société de Vénerie fait rage, et tous leurs relais dans la presse et les institutions semblent mobilisés pour protéger leurs intérêts. Le mensonge semble érigé en système de défense chez les veneurs, ce qui est la dernière arme d’une pratique indéfendable et rejetée par 84 % des Français.

Continuer la lecture de « UN AVA DANS LE COMA : LE RECIT COMPLET »

Un jeune sanglier dévoré vivant : AVA Bretagne s’interpose !

Mardi 27 novembre, une chasse à courre parmi tant d’autres en Bretagne… Tandis que l’équipage parade fièrement, une 30aine de chiens affamés sont lâchés un peu partout en forêt à la recherche d’un nouvel animal à traquer. Rapidement, une partie de la meute tombe par hasard sur un sanglier de quelques mois qu’elle encercle et prend pour cible.

Bilan : rectum et parties génitales arrachées, perforation d’un poumon, plaie profonde de l’abdomen avec extériorisation intestinale ainsi que de nombreuses autres plaies.

Les membres d’AVA présents sur place parviennent à l’extraire de la meute, et l’emmener chez le vétérinaire le plus proche. Jusqu’au bout, et aidé par les bienveillance des humaines l’entourant, ce petit sanglier n’a cessé de se battre, mais ses blessures étaient trop sérieuses.

Plusieurs fois par semaines, un peu partout en France, de nombreux animaux subissent le même sort, cerfs, chevreuils, sangliers, renards, lièvres et lapins pour le plaisir de quelques-uns. Ne fermons plus les yeux devant la barbarie et mettons y un terme.

Repose en paix Mini-Pumba.

ACTION INTERNATIONALE CONTRE LA VENERIE

🇬🇧 🇫🇷 Samedi 8 décembre. Comme chaque samedi, des habitants de toute la France sont sortis s’opposer à la barbarie qu’est la chasse à courre : Touraine, Rambouillet, Eawy, Ecouves, Compiègne, Ermenonville…
Certains ont même reçu des renforts très précieux venant d’Angleterre : nos amis de la Hunt Saboteurs Association ! Cette organisation, existant depuis 1963, a obtenu l’abolition de la chasse à courre dans leur pays, et sont toujours sur le terrain depuis pour empêcher la tenue de chasses illégales. 
Autant dire que les veneurs n’ont que très peu goûté ce week-end de chasse, et tous en garderont un souvenir amer. ✌️🦌
Encore une nouvelle victoire pour AVA et les habitants des forêts révoltés par cette pratique !
Ensemble, avançons nous aussi vers l’abolition de la chasse à courre ! 

Forêt de Compiègne. Une quarantaine de personnes se sont réunies pour s’opposer pacifiquement à l’équipage La Futaie de Amis. Le cerf a pu s’échapper de justesse, les veneurs ayant perdu le contrôle de leur meute à plusieurs reprises. Merci à nos amis anglais de nous avoir fait partager leur très riche expérience !
Forêt d’Ermenonville, près de Chantilly. Le Rallye Trois-Forêts ayant annulé a chasse « pour raisons de sécurité », la dizaine d’habitants réunis sous les couleurs d’AVA ont trouvé l’équipage Pic’Hardi Chantilly, chassent les chevreuils à courre. Aucune victime animale à déplorer, mais les suiveurs ont montré toute leur agressivité en frappant au fouet et poursuivant un courageux jeune homme seul à travers la forêt.
Forêt d’Ambillou, Touraine. Des bretons sont venus prêter main forte aux habitants du cru pour suivre cette chasse à courre massive : un équipage solognot était invité. Un échange culturel très intéressant, qui a renforcé les deux groupes ! Bravo à la vingtaine de personnes réunies contre la chasse à courre !
Forêt de Rambouillet. Une trentaine de sympathisants AVA se sont réunis ce samedi , encore choqués de la scène vécue la semaine précédente, où un cerf a été noyé dans l’étang sous leurs yeux, et bien déterminés à ne plus jamais revivre cela. Cette fois, aucun cerf n’a été tué ! Bravo aux rambolitains, de plus en plus nombreux à se lever contre la barbarie dans leur forêt !

Forêts d’Eawy et d’Ecouves, en Normandie. Au total, une quinzaine de normands se sont répartis sur ces deux forêts pour surveiller les équipages locaux de chasse à courre. Le mouvement prend doucement de l’ampleur sur place, et encore une fois, aucun cerf n’a pu faire les frais du loisir barbare des veneurs.

 

 

Des AVAs menacés au taser !

Samedi 17 novembre, en forêt de la Hunaudaye, les AVA qui étaient présents sur cette chasse à courre ont été menacés au taser par un garde-chasse surexcité. Encore une preuve de la transparence des veneurs quant à leur si noble passion…
Pendant ce temps, dans cette forêt de moins de 2000 hectares, plus d’une centaine de suiveurs se sont réunis pour la chasse de la Saint-Hubert. Le cerf avait ses chances qu’ils disaient…

Les Fake News de la chasse à courre !

Cet été, les veneurs ont embauché des communicants pour défendre leur belle passion et mettre en avant leurs valeurs. 
Voici les résultats : harcèlement de personnes impliquées dans AVA, faux témoignages devant la Police, incitation à la haine sur internet, articles de presse calomnieux... Ceci jusque dans le Figaro de cette semaine, où des accusations les plus farfelues sont reprises sans vérification.

Quand un mouvement populaire et pacifique prend autant d’ampleur, tous les moyens sont bons pour le discréditer. Mais faire passer les AVA pour des extremistes violents n’a aucune chance de passer devant les centaines de personnes et les dizaines de journalistes qui sont sorties en forêt depuis maintenant un an.

Panique à l’Assemblée générale des veneurs :  » Ils se répandent partout ! « 

La Société de Vénerie vient de tenir son Assemblée Générale près de Fontainebleau. Le sujet principal : comment écraser la résistance grandissante des habitants contre leur pratique. Au passage, leur président nous fournit un bon conseil…
Soyons encore plus nombreux la saison prochaine pour dire stop à la barbarie dans nos campagnes !
Rejoignez les AVA près de chez vous !