Saison 2019/2020 : déjà 15 incidents de chasse à courre !

Comme toutes les précédents, cette saison de chasse à courre a été émaillée d’incidents graves : intrusions dans des jardins, des centre-villes et des zones interdites, accidents de voiture, animaux domestiques tués, arrêtés municipaux violés… L’année dernière nous avions été en mesure de recenser pas moins de 20 incidents partout en France, et cette année n’est pas en reste avec déjà 15 événements marquants.
Ce travail de recensement est le fruit de la mobilisation populaire que nous avons enclenché et, sans la participation de chacun, la plupart de ces faits seraient passés sous silence. Bravo à tous ceux qui nous ont contacté pour nous faire part de leur expérience : ensemble nous faisons enfin la lumière sur la situation intenable que vit la population des campagnes et des lisières de forêts françaises !
Voici un bilan temporaire, peu après la mi-saison :


19 octobre : L’équipage de Villers-Cotterêts tue un cerf dans la zone industrielle des Verriers (02).

 

2 novembre : Pendant une chasse à courre de l’équipage « Vénerie du Berry » en forêt de Loches (37), le cerf pourchassé déboule sur la D764 et heurte une voiture transportant une famille.
Le choc est si violent que le véhicule finit sur le toit, dans un fossé. À l’intérieur, la mère de famille fait un arrêt cardiaque (à ce jour, elle est toujours dans le coma), tandis que son mari et son enfant de deux ans s’en sortent miraculeusement avec des blessure superficielles. Le cerf, lui, a été éjecté à 50 mètres de là et est mort sur le coup.
Le capitaine de Gendarmerie Gaudrel déclarera à la presse que cet accident souligne « la dangerosité de la forêt quand les animaux sont chassés ».
Source : La Nouvelle République

 

3 novembre : À la poursuite d’un cerf, la meute du Rallye Trois Forêts pénètre dans un domaine privé habité, au sud de Pontpoint (60). L’animal endommage les grillages de la propriété dans sa fuite avant de mourir en frappant un arbre de plein fouet.

 

16 novembre : (VIDÉO) Hors de contrôle, une partie de la meute du Rallye Trois Forêts poursuit un cerf blessé jusque dans le lotissement de la Source aux Moines à Pont-Sainte-Maxence (60). Attirés par les râles de douleur du cerf et les cris de la meute, des riverains sortent de chez eux et s’interposent.
Cet incident intervient alors que l’équipage est déjà poursuivi par la commune pour des faits similaires survenus en 2018.
Source : le Parisien

 

23 novembre : Tout près de Pierrefonds (60), sur la départementale, une voiture heurte un cerf fuyant l’équipage La Futaie des Amis. Quelques minutes plus tôt, la meute avait traversé un terrain privé pourtant protégé par un arrêté municipal.
Source : Oise Hebdo

 

19 novembre : Alors que des enfants de 3 ans découvrent la nature lors d’une sortie scolaire près de Saint-Sauveur (60), un chevreuil poursuivi par le Rallye Pic’Harloup traverse à quelques mètres du groupe. Les enfants, inquiets, se retrouvent frôlés par les chiens hurlants. L’enseignante avait pourtant pris les précautions nécessaires pour s’assurer qu’aucune chasse à tir n’avait lieu ce jour-là, mais c’était sans compter le manque de transparence des veneurs quant à leur calendrier et zones de chasse.

Source : Courrier Picard

 

26 novembre : Pendant une course d’orientation d’une classe de 1ère du lycée Jean Rostand à Chantilly (60), organisée dans les parcelles de forêt voisines, un cerf coupe la route d’une élève : le groupe se retrouve en pleine chasse à courre du Rallye Trois Forêts.

 

9 décembre : (VIDÉO) Pendant une chasse au chevreuil du Rallye Pic’Harloup, un veneur perd le contrôle de son cheval. Affolé, il s’emballe sans cavalier sur la départementale près de Pierrefonds (60).

 

14 décembre : (VIDÉO) Un jeune cerf épuisé et blessé, traqué par le Rallye Bonnelles, se réfugie dans le jardin d’une propriété privée en lisière de la forêt de Rambouillet (78).

 

17 décembre : L’équipage Bernel traque un sanglier jusqu’à l’école maternelle de Liniers (86), à plus d’1,5 km de la forêt de Moulière. Les enseignants confinent les enfants à l’intérieur de l’école pendant que l’animal trouve refuge dans un jardin privé, dans lequel les chasseurs pénètrent avec leurs chiens malgré l’opposition des propriétaires, du maire et de la gendarmerie. L’équipage emporte ensuite l’animal qu’ils tueront et découperont en forêt. Le maire portera plainte contre les chasseurs pour mise en danger d’autrui.

Source : La Nouvelle République

 

26 décembre : (VIDÉO) Le cerf chassé par La Futaie des Amis se cache dans un étang privé à Verberie (60). Le maire, informé par les habitants, se rend immédiatement sur place accompagné de la gendarmerie pour faire valoir son arrêté municipal et faire appliquer la loi : sans l’accord du propriétaire, l’acte de chasse sur le terrain d’autrui est illégal. Alors que le Maître d’équipage assure au maire et aux forces de l’ordre qu’il met fin à la chasse, son valet s’empresse de tirer discrètement l’animal au fusil, mettant tout le monde devant le fait accompli. Le Maire déclarera à la presse que « tout cela n’est pas acceptable et relève d’un comportement féodal qui n’a plus lieu d’être ».

Source : Courrier Picard, Oise Hebdo

 

31 décembre : (VIDÉO) À Prémontré (02), le jour du réveillon, un couple de retraités voit un cerf affolé se réfugier sous leurs fenêtres, suivi par une meute de chiens. La gendarmerie doit rappeler les chasseurs à courre du Rallye Nomade pour qu’ils daignent revenir sur les lieux et récupérer leurs chiens.

Source : L’Union

 

31 décembre : Des veneurs de l’équipage de Villers-Cotterêts traversent les voies ferrées de la ligne Paris-Laon à proximité de Fleury (02) avant de refermer le portail qui en empêchait l’accès.

 

4 janvier : (VIDÉO) Un cerf se réfugie dans un jardin privé de Quincy-Basse (02). Les propriétaires s’empressent de fermer leur portail pour empêcher l’intrusion des chasseurs à courre du Rallye Nomade, mais l’animal termine sa course dans l’étang privé voisin.

Source : L’Union

 

4 janvier : Un chien du Rallye Bonnelles est percuté par un automobiliste sur la départementale près de Condé-sur-Vesgres (78).

 

RASSEMBLEMENT POUR LA NATURE À VIEUX-MOULIN (60) : UNE TRÈS BELLE PREMIÈRE !

Samedi 2 novembre, AVA réunissait 150 habitants autour d’un événement en faveur de la Nature et de la forêt.
Alors que cette date est habituellement le lieu d’une messe des chasseurs à courre et d’une manifestation d’opposition à Saint-Jean-aux-Bois, c’est quelque chose de nouveau qui s’est déroulé ce samedi, le maire ayant bouclé son village par arrêté municipal.
🎼☕️ Autour d’une accordéoniste et de gâteaux faits-maison, plusieurs associations se sont jointes aux habitants du cru et ont installé des stands pour informer et débattre : connaissance des champignons 🍄, défense des blaireaux contre le déterrage 🦡, protection des oiseaux 🐦, contre la déforestation 🌳 et évidemment contre la vénerie 📯!

Puis, au terme du rassemblement, des habitants sont partis par petits groupes surveiller la chasse à courre qui avait lieu autour du village, beaucoup pour la première fois !

L’arrogance aristocratique des veneurs et de leurs laquais fait maintenant face à une résistance bien constituée et pérenne des riverains de la forêt. 📢🏡
A nous de faire de ce mouvement un foyer créatif, une source de solidarité et d’initiatives autour de la forêt.

VIVE LA NATURE LIBRE ET SAUVAGE ! A BAS LA CHASSE A COURRE !

Un grand merci à la mairie de Vieux-Moulin, Picardie, France qui nous a chaleureusement accueilli.
Merci aussi à toutes les associations présentes : LPO Oise, ASPAS – Association pour la protection des animaux sauvages, One Voice, Convention Vie et Nature

Voici le résumé des événements qui ont suivi ce rassemblement.
Le cerf traqué par la chasse à courre traverse la N31 puis tente de s’échapper en quittant la forêt à la nage, par la rivière. 🦌🤚
Se rendant compte qu’ils allaient perdre leur trophée, les veneurs sortent un fusil et parviennent à l’abattre dans l’eau, juste avant qu’il ne rejoigne la rive opposée. 😨
Ils récupèrent ensuite son corps et l’emmènent au chenil pour procéder à leur cérémonie macabre, le dépeçant au son des cors et des convives qui trinquent. 🏰🍾🔪
Ce n’est pas la première fois que des chasseurs à courre tuent un cerf dans l’Aisne, abandonnant là toute leur pseudo « éthique du veneur » : en janvier 2018, une scène similaire se produisait au même endroit, devant des habitants révoltés !
La chasse à courre est une pratique cruelle et dénuée de toute justification. Nous ne pouvons pas laisser une telle barbarie gratuite perdurer dans nos forêts.
🙅‍♀ Rejoignez-nous pour la faire abolir ! 🙅‍

Compiègne : Un chien piétiné par un cavalier

Samedi 5 octobre. Comme cela arrive souvent, un chien est piétiné par un veneur à cheval ! Jappant de douleur, il semble blessé à la patte avant-droite et la traîne sans pouvoir s’appuyer dessus en allant rejoindre ses compagnons de meute.

Les veneurs ne s’arrêtent pas pour si peu, et ce chien disparaitra de la chasse rapidement après.

La SPA a été prévenue et nous ferons notre possible pour le sauver de l’euthanasie expéditive ! 🐶🤚💚

Les chasseurs à courre considèrent leurs chiens comme des outils interchangeables, stockés en cage puis mis en danger sur les routes, dans les ronces, sous les sabots des chevaux et face aux animaux traqués.

Cela doit cesser : abolissons la chasse à courre ! 📯🏰🚫

Saison 2018/2019 : 6 mois d’incidents de chasse à courre !

En six mois, on a pu recenser pas moins de 20 incidents causés par la chasse à courre :  intrusions dans des jardins et des centre-villes, accidents de voiture, animaux domestiques tués, arrêtés municipaux violés…
On entend souvent les veneurs et leurs soutiens répéter à qui veut l’entendre que « si on aime pas le bruit des vagues, on n’habite pas à la mer »
C’est là que tout l’esprit féodal de la chasse à courre se révèle : la forêt leur appartient et tout ce qui vient interférer avec leur loisir doit être mis au pas !

Aujourd’hui, avec AVA, les habitants se lèvent  contre cette arrogance aristocratique et disent « Cela suffit  » !

Continuer la lecture de « Saison 2018/2019 : 6 mois d’incidents de chasse à courre ! »

AVA Saison 2 : Grand final le 30 mars !

Notre deuxième saison touche à sa fin, il est grand temps que la forêt et ses habitants retrouvent le calme du printemps.
Cette année, nous avons été près de 700 à nous relayer pour surveiller les chasses à courre près de chez nous et protéger les animaux. Nos 19 antennes permettent désormais la mobilisation des habitants dans plus de 20 forêts françaises !

Le mouvement AVA est parvenu à se structurer malgré les violences et les mensonges sans limite des veneurs, comme une maison bâtie en pleine tempête…  Mais n’en déplaise aux barbares féodaux qui voudraient voir cette expression populaire écrasée : nous sommes aujourd’hui bien plus forts que nous ne l’étions il y a un an !
Désormais plus rien ne pourra arrêter le mouvement des masses vers l’abolition de la chasse à courre !



Tous ensemble, fêtons cette réussite !

Réunissons-nous le Samedi 30 mars :
Paimpont : Bye Bye la chasse à courre ! (35)
Pont-Sainte-Maxence : Bye Bye la chasse à courre ! (60)
Castelnau-de-Montmiral : Bye Bye la chasse à courre ! (81)
Rambouillet : Bye Bye la chasse à courre ! (78)

TOUS AUX GRANDS RASSEMBLEMENTS « BYE BYE A LA CHASSE A COURRE » LE SAMEDI 30 MARS !

La saison de chasse à courre touche à sa fin, avec son lot d’accidents, de violence, de maltraitance animale, d’embouteillages, de passe-droits et de coups de fouets.

Pour la seconde année consécutive, les opposants à la vénerie organisent une grande fête pour célébrer le retour du printemps et la fin de la barbarie dans nos forêts !
La première édition avait réunit 1000 personnes à Compiègne, et c’est cette fois dans quatre villes que de la musique et des fleurs accompagneront les cortèges : Rambouillet (78), Paimpont (35), Pont-Sainte-maxence (60) et Castelnau-de-Montmiral (81). Le mouvement contre la chasse à courre ayant pris une ampleur nationale, il est important que des personnes de toutes les régions puisse sortir et faire entendre leur voix !


Cette saison a été riche en émotion pour toutes celles et ceux qui sont sortis en forêt, pendant les chasses, pour montrer leur ras-le-bol de cette pratique. Malgré les violences des veneurs et de leurs valets, des animaux ont pu être sauvés et des accidents évités grâce à cette présence pacifique.

Soyons nombreux à fêter le retour du calme dans les forêts, à célébrer la vie sauvage, à se retrouver autour des valeurs positives qui animent ce mouvement !

Soyons nombreux pour dire « Bye-bye à la chasse à courre », et faire de cet au-revoir un adieu définitif !

Voici les évenements Facebook de ces rassemblements, où vous trouverez plus d’informations, et des organisations de co-voiturage (cliquez sur la photo) :



Le Préfet de l’Oise donne son vert à une milice de chasseurs : « Passez à l’action ! »

Une semaine après une manifestation pacifique record contre la chasse à courre, l’Etat et les chasseurs répondent à l’unisson par des menaces de violence non dissimulées !
Le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs en appelle à ses « gros bras » pour venir écraser l’élan démocratique qui vient de naître.
Le Préfet de l’Oise, Louis Lefranc, qui a fait le déplacement, appuie cette initiative en les appelant à « passer à l’action ».
Une véritable milice est levée et soutenue par l’Etat : vous ne rêvez pas, cette scène glaçante se déroule bien dans la France du XXIème siècle.

Ces méthodes anti-démocratiques sont inacceptables !