Prémontré : Un cerf tué par la chasse à courre, les habitants racontent

La petite ville de Prémontré est le lieu d’incidents réguliers impliquant la chasse à courre. Voici le récit de l’un d’eux :
Le 14 octobre 2014, un cerf traqué par l’équipage de chasse à courre « Rallye Nomade » est abattu dans le jardin d’une maison de Prémontré. Les habitants tentent de s’y opposer mais trop tard cette fois pour sauver l’animal.

Que tous les villages de France s’organisent ! Ensemble nous ferons reculer la barbarie de la chasse à courre.

Voici le récit complet de cette histoire tragique, raconté par un témoin, de l’association Droitdevivre02 :

 » Aujourd’hui, Mardi 14 octobre 2014, nous étions ma famille et moi en travaux chez le voisin, lorsque vers 10heures, une meute de chiens vient semer la pagaille vers le grillage des habitations.
Je m’empresse vers la meute en disant au personnage qui s’occupe des chiens de les rappeler, car ils allaient dans une propriété privée ! Je rentre dans la cour du voisin qui, la porte ouverte, m’offre la vue d’un cerf magnifique. Il était à peu près à 2 mètres de moi, sur un muret.


Mais j’aperçois aussitôt un type avec une arme, une carabine, qui visait dans ma direction ! L’homme ne se trouvait qu’à quelques mètres des habitations. Je reste figé quelque secondes et le cerf part sur ma droite, toujours sur le muret surplombant la maison… Puis une détonation. Et le cerf maintenant blessé finit dans la propriété voisine.

Juste au moment de la détonation, il commençait à y avoir un attroupement dans la rue. Pendant ce temps, le cerf reste prostré dans la cour, et je m’empresse de téléphoner aux force de l’ordre pour qu’ils interviennent.


Le Maître d’équipage sort alors des bois et se dirige vers moi en me disant de ne pas m’énerver, qu’il y a moyen de s’arranger. Ce à quoi je réponds que l’arrangement se fera devant la Gendarmerie. Pour lui, il est facile de tirer sur un animal dans la commune et avec un petit billet, toute trace effacera. Je réponds que je ne mange pas de ce pain là et je n’ai pas l’habitude de baisser mon pantalon et retourner ma veste !
Après une bonne heure d’attente, la Gendarmerie arrive enfin sur les lieux. Plusieurs voisins prennent partie contre se qui vient de se passer (notamment le fait d’utiliser une arme à 4 mètres d’une habitation !). La Gendarmerie prend toutes les identités des personnes présentes, pour être convoqués à une audition. J’annonce au gendarme présent que je dépose une plainte contre la vénerie pour menace avec arme à feu, menace verbale et insulte.
Au bout d’une heure, le gendarme reçoit l’ordre de faire abattre le cerf par les chasseur de chasse a courre ! Un type avec une sangle en bandoulière rentra avec les gendarmes là où l’animal s’était réfugié.
Nous entendons une nouvelle déflagration.
La propriétaire m’autorise à rentrer à mon tour. Le pauvre animal, était là, mort. Il avait déjà reçu une balle dans la trachée, et ne souffrira désormais plus…


Ensuite ces vermines ont récupéré le corps, pour vous dire que ceux qui ont du pognon se croient tout permis… Mais mon combat ne s’arrêtera pas de sitôt : je maudis ces capitalistes, ces royalistes qui pensent nous impressionner avec leurs jaquettes bleues, leurs bottes et leur casquettes !  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *