Les pseudo « sanctions » de la Société de Vénerie révélées au grand jour

Jeudi dernier, la Société de Vénerie annoncait des sanctions envers Alain Drach et son équipage, la Futaie des Amis :

Même pas deux jours plus tard, elles se sont révelées en grand jour comme ce qu’elles sont vraiment : un nuage de fumée pour tenter de calmer le jeu, alors que les grands médias commencaient à poser la question de l’abolition, sous la forme de sondages ou d’articles.

Samedi 28, des membres de la Futaie des Amis étaient invités à chasser avec l’équipage voisin de Rivecourt (forêt de Laigue). Alain Drach a jugé préférable de ne pas s’y montrer, pensant surement que la population l’y attendrait.
L’interdiction de chasser n’a donc pour eux qu’un effet limité : il suffit de se déplacer de quelques kilomètres.

Le même jour, l’équipage Rivecourt a été aperçu près de Vieux Moulin (en forêt de Compiègne donc) par des habitants. Bien sûr, les sanctions, qui évoquaient pourtant une annulation de toutes les chasses en forêt de compiègne, ne s’appliqueront pas ici non plus, car la chasse en question a commencé ailleurs…


Bref, c’est maintenant clair pour ceux qui en doutaient :  nous n’avons rien à attendre de la Société de Vénerie, la seule solution est l’abolition pure et simple de la chasse à courre !

2 réponses sur “Les pseudo « sanctions » de la Société de Vénerie révélées au grand jour”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *