Chien errant (Tracy-le-Mont)

Cela fait maintenant six ans que nous habitons, mon conjoint et moi, dans un village aux alentours de Compiègne accessible par la forêt. A plusieurs reprises le long de la route nous avons croisé des chiens de chasse ainsi que des animaux sauvages tels que des cervidés, des

sangliers mais aussi énormément de blaireaux et de renards, et nous sommes forcés de remarquer que depuis deux ans nous croisons de moins en moins d’animaux sauvages, ce qui me parait bien triste dans une forêt comme la nôtre.
Il y a deux ans nous avons recueilli un chien errant le long de la route dans notre voiture car celui-ci était mal en point et avait des blessures sur une bonne partie du corps, de plus il était couvert de dizaines de tumeurs un peu partout. Ne sachant pas à qui il appartenait, nous avons appelé le numéro inscrit sur son collier mais quelle tristesse quand nous nous sommes aperçus qu’il appartenait à des chasseurs! Quand son maître est venu le rechercher quelques minutes après notre appel, il a frappé et insulté ce pauvre chien de tous les noms en insistant sur le fait qu’il était mauvais chasseur, bref nous étions dépités mon conjoint et moi.
Un autre matin c’est un tout petit chien que j’ai vu sur le bord de la route, apeuré par les voitures et figé à tel point que j’ai cru voir une peluche. J’ai donc fait demi tour et n’ayant pas de collier et ne voulant pas reproduire la même erreur que la première fois, je l’ai emmené chez mon vétérinaire qui l’a identifié grace à sa puce comme appartenant de nouveau à un chasseur! Je n’ai pas eu affaire à lui car mon vétérinaire s’en est chargé mais parait-il que cela faisait deux jours qu’il le cherchait et qu’il était très content de l’avoir retrouvé! Une autre nuit c’est un grand chien de chasse à courre que nous avons croisé sur la nationale sans parvenir à l’approcher car trop apeuré par l’homme, il est reparti dans la forêt.
Ayant moi même deux chiens, je suis scandalisée par le comportement des chasseurs envers eux car ils les traitent réllement comme des moins-que-rien. De plus je n’ose plus aller en forêt avec mes chiens de peur d’en croiser et qu’ils prennent les miens pour des bêtes sauvages et les abattent, ou que des meutes de chiens les attaquent car ils sont de plus en plus présents, au moins deux fois par semaine dans notre secteur, et surtout les week-ends et débuts de semaine, ce qui fait peu de créneaux pour profiter de notre belle forêt et pouvoir faire des balades au calme sans avoir peur de croiser une balle perdue.

Olivia M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *